lundi 28 juillet 2008

Design & Reliance / am. builles


Le dernier numéro de « Design Plus Magazine » (publication Ardi centre de design Rhônes Alpes), développe et analyse le destin à succés du lapin Nabaztag « messager émotionnel », objet ludique qui s’anime de sons, signaux lumineux et mouvements divers,grâce à la miniaturisation de composants électroniques incorporée et une connection Wifi.
L’intelligence conceptuelle de ce lapin malin « messager émotionnel » récompensé par de multiples prix me suggère deux idées sur la fonction du design.
L’idée largement rebattue de créer un lien émotionnel avec l’usager qui réponde « à l’énorme attente des usagers pour tout ce qui active, facilite, stimule et accompagne la communication entre les gens » ou plus simplement un lien émotionnel qui humanise la technologie.
Le concept de ce lapin messager va bien au-delà de la création d’un lien émotionnel.
L’émotionnel tenant souvent lieu d’exhibition, il serait plus juste parler à propos de Nabaztag, d’une relation de connivence affective créée durablement entre l’objet et son utilisateur.
Ce lien émotionnel ainsi créé dans le dialogue continu avec l’objet renvoie à une dimension affective d’utilité,de celle qui installe durablement dans nos vies, ces objets dits familiers.
La deuxième idée que me suggère ce sympathiqe lapin à tout faire, est l’idée de reliance,
un concept repris et développé par Marcel Bolle de Bal. Ce sociologue considère notre modernité comme un système socio-scientifique de division et de déliance.
Enumérant tout ce qui a étè délié dans nos sociétés, il conclut que nous subissons une société fondée sur une rationalisation « déliante » des rapports sociaux ; désintégration communautaire,dislocation des groupes sociaux primaires, famille, paroisse, village, atelier sous l’effet de rationalisations scientifiques, techniques, économiques et sociales.
Les gens ne sont plus reliés aux autres si ce n’est par des machines,il ne sont plus reliés à eux- même, plus reliés à la terre, plus reliés au ciel….
Les nouvelles technologies s’interposent entre l’homme et sa pensée, et ses sentiments.
« Au fur à mesure que croissent les reliances techniques décroit la reliance humaine »
Les usagers des nouvelles technologies éprouvent de plus en plus cette perte de pouvoir réelle et potentielle.
Si le besoin de reliance est très perceptible dans la société contemporaine, si des aspirations de reliance se font jour un peu partout ,c’est qu’auparavant ont été vécues sous différentes formes, des situations de déliance.
L’enjeu de notre post-modernité est de reconstituer les équivalents des relations primaires détruites par la société de masse.
De nombreuses pratiques de reliance se font jour, sur d’autres enjeux plus matériels, le design en fait partie, comme toute discipline susceptible de créer une nouvelle alliance avec les techniques et notre environnement, médiateur de sens, système culturel de signes, il est expression de notre reliance sensible au monde, à la poursuite des « liances perdues » comme le petit lapin Nabaztag.


Marcel Bolle de Bal
Voyage au cœur des Sciences Humaines/ De la reliance
Paris, l’Harmattan, 1996.

1 commentaire:

Duquesne a dit…

vraiment très beau ce Nabaztag...
et peut-être prochainement indispensable ?