mardi 25 novembre 2008

design / les merveilleux nuages / didier saco


la biennale de saint-étienne, en fêtant ses dix premières années, s’inscrit totalement dans ce que dénomme john thackara la durabilité

la durabilité, selon wikipedi, c’est “ une configuration de la société humaine qui lui permet d’assurer sa pérennité. la durabilité repose sur le maintien d’un environnement vivable, sur le développement économique à l’échelle planétaire sur une organisation sociale équitable”.

le temps qui passe à la biennale de saint-étienne, c’est le savoir et la congruence des experiences qui permet, après dix années d’expositions, de rencontres et partages, de savoir organiser un parcours, une scénographie et des rencontres qui permettent d’intégrer, l’une après l’autre, les étapes du design : les recherches, les expériences, les témoignages, les engagements et les prospectives

la durabilité à saint-étienne, ce sont les expériences des designers, des écoles, des marques, des chercheurs, des universitaires et des fabricants qui ont forgé leurs talents au fil des temps, passés et futurs, et livrent leurs travaux, sans parti pris, sans arrogances, sans leçons données et sans spectres de fin du monde


le temps qui passe est le meilleur allié du design, comme les nuages, les merveilleux nuages / c’est le temps qui labelise le travail du designer et porte l’accent à la fois sur l’effort accompli, sur l’intégration du travail dans une projection et sur la vision que le designer donne à ce qu’il crée

la durabilité / c’est ainsi que désigne john thackara le souci que nous devons avoir du temps, le temps passé à apprendre et le temps futur, que nous devons intégrer dans tous nos projets afin de les rendre “susceptibles” de participer, suivant de nouvelles modalités à créer, à de nouvelles pratiques / mutualisation des ressources, échanges non monétarisés, conception systèmique de services avant les objets et les apparences, restitution de l’humain au cœur de tous les systèmes

la durabilité, c’est parfois aussi ce qui manque aux maillons qui suivent la création, et nombre de projets restent en leur état, par absence de perspectives / c’est l’actuelle l’expérience de pierre-léon luneau qui a conçu une table qui a reçu récompenses, congratulations multiples et échos dans la presse depuis 2 ans et est, depuis cette date, en attente de distributeur

la durabilité est alors en jeu : à quel moment doit-elle intervenir dans le design management d’un projet / à sa génèse, en cours ou le projet validé ?

il appartient sans doute au designer de l’intégrer tout au long de sa conception, tout comme la connaissance des matériaux, la maitrise de la fabrication, le management d’équipes créatives, la gestion des équilibres financiers, la mise à jour des lois sociales, l’apprentissage des medias, l’usage de plusieurs langues et l’entretien des humeurs, des intuitions et des désirs

- biennale internationale design / à saint étienne jusqu’au 30 novembre
- in the bubble / de la complexité au design durable / john thackara / 18 euros
- pierre-léon luneau / miss folding / pierre-leon@luneau-design.com

photo :
see you, pierre tombale en béton / akon maurer klimes et péter kussera / katlin et andreas ivanka, designers europe centrale exposés à saint etienne

Aucun commentaire: